Taxi mac'



Il part faire la fête comme beaucoup d’autres soirs. Les bulles, les talons, les décolletés lui montent à la tête. Les filles sont belles : les queues de cheval fouettent l’air, les boucles s’enroulent autour des doigts, les franges dissimulent les regards espiègles. Il se fait tard, suffisamment tard pour être tôt : il décide de rentrer.
A la sortie du bar, embrumé par l’alcool, il interpelle quelques taxis, rien tous pris. Il faut dire qu’un soir de cette douceur est rare pour un mois d’avril. Il marche, titube, lève fébrilement le bras, ah enfin un taxi s’arrête.
« Rue Saint Sulpice, s’il vous plait » son souffle dégage une haleine fade et alcoolisée. Le taxi jette un coup d’œil dans le rétro « Ca va msieur ? ». Notre ami lance sa tête en arrière, elle tourne.
« Eh mais j’habite pas du tout par là ? Vous… euh… me conduisez vous ? » paniqué, il regarde tout autour de lui, le taxi vient de passer l’Eglise de la Trinité. « Tu vas voir c’est sympa, je vais te présenter des filles », le taxi s’arrête devant un bar sombre, faible et ivre il se laisse guider.
Une fois le rideau de perle passé il lit : « Consommation obligatoire ». Deux filles l’abordent aussitôt, « Alors mon poussin, c’est mignon d’être venu, on s’ennuyait un peu, dis-moi, tu peux offrir un verre à ma copine elle n’a plus rien à boire ? » Après quelques heures, docile, il règle la note de 300€ encore plus saoûle qu’il n’était rentré et sans même avoir exercé son droit de cuissage…

1 commentaire:

Yann a dit…

Enorme tes petites histoires !